Nouveau

The Great Divide – Tales from innocence and experience

The Great Divide – Tales of innocence and experience

Useless Pride

The Great DivideCela faisait longtemps que je n’avais pas mis un bon disque de modern hardcore fougueux et mélodique dans ma platine…la preuve , elle en frissonne encore. Et pour ma part j’ai mis longtemps à retomber de ma surprise quand j’ai appris que le groupe était français. Efficace , rageur et dynamique on se revoit dans les plus beaux pit à gueuler sur les refrains de Comeback kid , par exemple… L’ambiance en live ne laisse pas de glace, chacun des membres s’envole comme emporté par une tornade. Chacun saisit la moindre note pour en faire une vraie droite. Les parties mélodique sont bien menées et sont ce qui fait de TGD un groupe en devenir. C’est ce qu’on aime dans ce hardcore, qu’il assume ses ambiances froides et sensibles, sans jouer à « qui aura le plus gros son ». Les musiciens du groupe sont de divers milieux musicaux et techniquement ça se ressent et ça leur rapporte. Pour ce premier album neuf titres, le travail du groupe et surtout l’expérience d’anciens membres de Providence et Revive ont fait leurs preuves. Dès la première écoute …on pense à Comeback kid. Ensuite, on voit le clip avec Scott Wade et là on se dit, non c’est plus que de simples plagieurs ou groupies coreuses mais ce sont des mecs qui assument leurs envies d’un modern hardcore à la fois puissant et mélodique. La force de Champion et les mélodies d’un Killing the Dream, se retrouvent ici dans des titres comme « Break this wall » ou « Never be the same ». Deux featuring réussis viennent encourager ces petits tubes : « Our Time » avec Vithia de Rise of the north star (qu’on ne se trompe pas d’écurie!) et Leave Tomorrow avec Scott Wade. Et il en a fallut du culot pour ramener ce gars-là et le faire traverser l’atlantique ! Neuf histoires innocentes et expériences qui méritent d’être contées ou plutôt braillées dans toute la france, la scène se relève et on n’attendait que ça ! Dans la lignée de frenchies Wake the dead ou encore Nine Eleven préparez vos scène pour TGD. Stay tuned

 TD

http://thegreatdivide.bandcamp.com/

Publicités

Off With there heads – In Desolation

Off With there heads – In Desolation

Epitaph Records

off-with-their-heads-in-desolationSurprenant, le dernier album du groupe fait parler de lui. Autant Bronx que Menzingers ou Against Me ! Cet album est bien plus qu’un album de Punk rock Est Coast. La voix rauque du chanteur apporte tout son sens à une musique qui pourrait paraître trop vu et revu. On peut dire que ça y change beaucoup de choses. L’album est vivant, dynamique et plutôt bien vu même si on n’est pas à l’abri de marronniers dans les riffs. La personnalité du chanteur se fait sentir sur tout l’album. La pochette et ce livret en « roman photo » nous en dit long d’un groupe punk rock qui vibre de pessimisme. Un pont plutôt pas mal entre punk rock californien légendaire et le hardcore modern. Pas de raison que ça ne plaise pas aux deux. In Desolation, reprend les classiques et nous touche de sa personnalité énervée. Rien de bien révolutionnaire mais un groupe qui se révèle et ne nous a pas encore tout dit.

TD

Pennywise – All or Nothing

Pennywise – All or Nothing

Epitaph Records

Pennywise« Returning to their roots… » c’est ce qu’on nous dit sur la pochette…Et en effet, la pochette, reprend le symbole de Pennywise, bien connu de tous les 90s skate punkers. Sobre et basique, ce disque d’apparence nous ramène en effet aux prémices du groupe. Mais est-ce un leurre du fameux Fletcher ? Le guitariste hors pair, et aux rênes du groupe depuis le départ du chanteur historique : Jim Lindberg. On a tous frissonné à l’annonce de ce départ et surtout de la surprise qui s’ensuivit : l’arrivée de Zoli Teglas, chanteur du groupe Hardcore Ignite. Un pont sépare les groupes californie, façon Bad Religion et le hardcore mélodique, hyper travaillé d’Ignite. Mais un pont qui est plutôt facile à traverser pour Zoli, qui trouve finalement plutôt bien sa place, sur les anciens morceaux, en live. Il n’en fait pas trop et c’est ce qu’on attend de lui. Mais là il s’agit d’un nouvel album…Alors oui on est difficile. Autant l’être, car Pennywise, ne sera plus. On peut enterrer le groupe. Un Pennywise Bis est né, cependant. Car rien ne remplacera le timbre de Jim et ses valeurs 90s. Zoli apporte un grain de voix carrément plus speed et hardcore notamment dans le travail des rythmiques et dans les guitares. Sans pour autant nous faire du Ignite. On apprécie les guitares énergiques et explosives, sans que la voix de Zoli ne nous fasse des vibrato à la Figaro. Pas d’opéra -rock mais un album bien cadré, qui se voudrait revenir aux feux prémices de Pennywise (surement le fantasme de Fletcher) mais qui ne l’est pas. C’est un nouveau Pennywise, pas mauvais toujours mélodique et entrainant. Franchement pas décevant. Les paroles sont engagées, et Zoli est une très bonne relève pour Pennywise. Même Ignite, n’est pas à la hauteur. Un punk rock au nouveau souffle – notamment sur Revolution ou Let Us hear your voice. Ce qui reste de Pennywise c’est bien entendu les parties de guitares et mélodies de Fletcher, reconnaissables entre toutes. Donc pas de comparaisons à avoir. Mais de quoi se réjouir d’une collaboration fructifiante et pleine de nouvelles surprises.

TD

Teenage Renegade – Continental Divide

Teenage Renegade – continental divide

Kicking Records

Continental Divide

Continental Divide

Une sortie Kicking Records, c’est un peu comme quand on nous dit que le Père Noël passera deux fois cette année. Un peu le No Idea, frenchie, le label propose cette fois le dernier Teenage Renegade. Le duo franco-américain est rempli d’ambitions power pop punk allant même jusq’aux breaks hardcore et parfois au rock stoner. Façon road trip, il nous raconte sur cet album une plongée de 6 mois au cœur des USA. Les mélodies se mêlent parfaitement à cette voix féminine et envoutante. Le hic me paraît être les passages coreux, lourds qui perdent l’intensité du groupe. Un titre acoustique arrive très vite, il surprend mais prend de court à la façon d’un Anti Flag, on apprécie les petits arrangements

qui bercent le titre. 30000 kms en 31 états, ça inspire, et pour sûr, cet album pourrait bien être la BO de notre road trip à nous. L’album sort avec un carnet de route de 170 pages écrit par Nasty Samy. Musicalement c’est frais et toujours énergique mais on en redemande. La voix atteint sa perfection sur des mélodies punk rock plus énervées comme sur le titre Limo Roulette. D’autres nous paraissent plus rock stoner à la Social Distortion d’aujourd’hui. Mais ce qui donne envie chez eux c’est cette faculté à bourrer de mélodies sucrées et bien salées des morceaux efficaces comme : Still Waiting. La bonne machine à tubes qui nous donne l’excitation nécessaire pour les voir en live sans attendre. Certains morceaux d’ambiance viennent parfois entrecouper le tout, sans convaincre complètement de leur utilité. Seul Continental Divide me paraît le plus abouti. Et promet un set acoustique qui vaudrait le coup d’oeil.

TD

Pink Flamingos – The Clown War (Guerilla Asso – 7inch)

Pink Flamingos – The clown War

7inch -Guerilla Asso

Premier 45T pour ces normands. Inspiration punk rock old school, à la Teenage Bottle Rocket, un semblant, rock’n’garage à la Dwarves mais surtout un très fort instinct hardcore vieille école. Même si au final le groupe s’empare de mélodies punk rock et de guitares distordues qui me font sérieusement penser aux Chasing Paper Boy ou Mickey Randall (RIP) gloires françaises dans le genre. Et ce n’est pas un mal de prendre la relève de ces trés bons groupes français. Le punk rock français se porte donc très bien même mieux qu’avant. Il a repris du poil de la bête et on s’éclate à écouter ce 45T dynamique, gueulard à l’artwork sublime. L’objet est lui-même ; une belle galette transparente, et les paroles nous sont délivrées avec un message explicatif, qui prend le pas sur les futures questions en interview. Ainsi, on y apprend que les Pink Flamingos ne se considèrent pas forcément comme de bons rockers : la preuve ils ne sont pas tous tatoués, ne se droguent pas et pire …ne boivent pas autant que d’autres. Hérésie ? Non rassurez – vous les normands ! C’est surement cette recette miracle qui est en train de sauver ce qu’il reste de la planète punk rock. Enfin, merci à Guerilla Asso de produire des groupes du genre et de sortir de son créneau d’origine. Alors même si les Pink Flamingo on un très Bad Taste voire trash taste pour les noms de titres (et de groupes – Pink Flamingo est une référence au film de John Waters sorti en 1972 racontant les péripéties de l’être le plus immonde de la terre), leur musique est aggressive comme une sauce piquante dans un tacos et ça donne soif ! Allez dépenser vos 4 euros au Jardin des fous pour vous procurer une bonne galette au cidre normand !

TD

CODE ORANGE KIDS – Nouveau clip !

 
« FLOWERMOUTH (THE LEECH) »  – c’est le nom de la nouvel vidéo de CODE ORANGE KIDS qui sort leur LP « love is love //Return to dust » (oui c’est la mode des noms trés longs) le 20 novembre prochain. Vous voule une bonne dose d’amour, paix et joie de vivre? 
Ecoutez !
L’album a été enregistré par Kurt Ballou – aussi impliqué dans les enregistrements de Converge…et ça se sent ! L’album va nous trancher la gorge – au sens figuré- brut et techniquement cinglé, on en attend pas moins de ces kids!
T.

JIP s’affiche !

Affiche sérigraphies + fanzines au choix !!!
Partagez et aidez l’art graphique et ses supports, c »est pas si cher et surtout ca vaut le coup parce qu’il n’y a pas que la bière dans la vie et que produire tout ça devient vraiment dur, alors on attend vos retours et votre soutien.
L’art underground a pourtant toujours fait vivre le mouvement punk et sa culture. Il a permis son développement et son enrichissement. C’est une expression d’autant plus libre qu’elle peut s’exprimer sur les supports de communication les plus divers et variés. On se souvient souvent d’un flyer qui traine dans notre poche de pantalon parce qu’il nous touche, qu’il est bien fait et que le dessin claque ! Et pourtant – quand on sort on préfère dépenser 20 € dans l’alcool plutôt que dans une place de concert ou des supports utiles de communication et d’art brut. Je ne parle pas de merch type tee-shirt car ce support d’expression est aussi un support marketing rattrapé par la mode et qu’il sert surtout à s’afficher – je ne dénigre pas mais combien de tee-shirt avons – nous au contraire du nombre d’affiches sérigraphiées et uniques d’artistes underground qui marquent leur temps – leurs gouts et leur époque?
Pourquoi préférer la mode à l’art alors que c’est un support de l’art? C’est la question que je me pose…Car tous ici on est prêt a mettre 20 € dans un tee-shirt mais pas dans une affiche…
L’art brut existe – c’est celui qui tente de vivre sous sa forme la plus simple
AFFICHE // 20 € + 4 fanzines au choix
Fanzines dispo :
Joker in the pack 3 & 4
Mononoké
No one Knows
Slow death (new one)
Abus Dangereux
FAST – photo magazine spécial roller derby
thanks
xxx

Nouveau titre de VERSE -extrait de l’album « Bitter clarity, uncommon grace »

Newly reformed hardcore band VERSE is excited to premiere the song « The Selfless of the Earth » off of their highly-anticipated forthcoming album Bitter Clarity, Uncommon Grace, which is coming July 17th from B9.  You can check out an exclusive stream of the song and new editorial from VERSE vocalist Sean Murphy on Absolutepunk.net.
After announcing just about two years ago that VERSE would disband, the members regrouped in late 2011 and made the decision to give it another go.  Upon completion of recording Bitter Clarity, Uncommon Grace, VERSE headed overseas for a wildly successful appearance at Groezrock festival, with plans to tour Westward and overseas this coming summer.
BITTER CLARITY, UNCOMMON GRACE TRACK LIST:
1) The Selfish of the Earth
2) The Selfless of the Earth
3) The Silver Spoon and the Empty Plate
4) Setting Fire to the Bridges We Cross
5) Segue One
6) You and I Are the Fortunate Ones
7) The End of All Light
8) The Relevance of Our Disconnect
9) Segue Two
10) Oceanic Tendencies
11) Finding A Way Out When There Is No Way
12) Segue Three
13) The End of All Life
VERSE ON TOUR:
May 18 – Verse, Achilles, Like Wolves, Raindance, My Fictions
Providence, RI @ AS220
Entrance: show 8:00
Jun 16 – Verse, Blacklisted, Stick Together, Praise, Current
Philadelphia, PA @ The Barbary
Entrance: doors 3:00 Jul 23 – Verse, Soul Control, Ritual
Jul 21 – Verse, Soul Control, Ritual
Belgium @ Vlamrock
Jul 22 – Verse, Soul Control, Ritual
Rokycany AIrport, Czech Republic @ Fluff Fest
Jul 23 – Verse, Soul Control, Ritual
Austria – Vienna @ Wien Aera
Jul 24 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Munich @ Munchen Feierwerk
Jul 25 – Verse, Soul Control, Ritual
Switzerland – Zurich @ Zurich Dynamo Werk 21
Jul 26 – Verse, Soul Control, Ritual
Italy – Vimercate @ Into the Pit Festival
Jul 27 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Karlsruhe @ Die Stadtmitte
Jul 28 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Bausendorf @ Riez Open Air
Jul 29 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Lichtenstein @ Jz Riot
Jul 30 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Braunschweig @ B 58
Jul 31 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Berlin @ Bi Nuu
Aug 01 – Verse, Soul Control, Ritual
Poland – Warsaw @ Punkt & Radio Luxembourg
Aug 02 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Hamburg @ Hafenklang
Aug 03 – Verse, Soul Control, Ritual
Belgium – Knokke-Heist @ Zaal Ravelingen
Aug 04 – Verse, Soul Control, Ritual
Germany – Koln @ Allschools Fest
Aug 05 – Verse
UK – Kent @ Hevy Fest
****
Retrouvez une interview de VERSE dans le prochain ABUS DANGEREUX ET LE PROCHAIN JOKER IN THE PACK #5  !

Dave hause final – Groezrock 2012

Dave hause #3 – final

La scène acoustique du GROEZROCK 2012 a accueillie pour sa première année une belle tripotée de chanteurs folks, issus de groupes punk rock aux voix admirables. Inutiles de vous dire qu’on s’est rincé les oreilles. Surtout le dimanche sur Chuck Ragan, qui a du faire comprendre à l’organisation que la scène acoustique était largement trop petite…Mais asusi avec un samedi fort en découvertes et une scène pour des boeufs acoustiques le vendredi soir, à la bien.

Le dimanche on a aussi bien lâché une larme devant  Tom Gabel chanteur des Against Me qu’explosé sur Dave Hause (chanteur des Loved Ones) qui a sorti sont premier album solo « Resoutions », qui s’est confirmé ici comme une génialissime sur scène. Une musique qui s’échelonne entre folk speed et rock et des mélodies pesantes et mélancoliques. Dave Hause était terriblement surpris de voir la salle comble connaitre ses chansons par coeur lui qui n’a ni label ni même vraiment sortie et distribué son album (réalisé en vitesse) en Europe. Accompagné d’un contrebassiste et d’un violoniste il était surtout comme les deux doigts de la main avec le bûcheron – canon : Chuck Ragan, à l’harmonica. Les références des deux hommes sur leur amitié ne fait plus aucun doute ! Chuck Ragan ayant même écrit une chanson pour Dave Hause et  celui-ci partant régulièrement faire le roadie ou jouer avec Chuck Ragan, les bouncing souls ou encore Alkaline trio. La scène était bien décorée dans une atmosphère intimiste et le son n’était vraiment pas mauvais contrairement à de plus grosses scène. Mais le plus touchant fut le rapport du folk singer avec ce public à qui il ,fit découvrir un nouveau morceau qu’il fit chanter en canon à la façon d’un mosh part de Sick of it all, à qui Dave H. a rendu hommage. Avant que le publique ne se sépare en deux, et chante au lieu de se foncer dedans, Dave s’est laissé aller un petit discours sur cette manière de mosher propre augroupe SOIA que bon nombre de groupes de hc reprennent sans émettre l’idée que cela puisse venir de ces bon vieux SOIA…Dave les a alors traité de « fucking posers »

Des instants rares et complètements dingues. Les reprises de keep your Heart et Build & Burn ont ajouté en impact et force du show . Seule déception, plus de joie et d’excitation que de mélancolie  (mais à quoi bon, on va pas se plaindre non plus !) et pas de « Heavy heart »…

Afrique : Aller (pas) simple

De Dakar au Cap, un voyage au rythme des transports africains / From Dakar to Cape Town, reporting about the importance of transport in Africa

Legends Arising

An Inspiring Hardcore Community